Dense, avec l’espoir !

Groupe "Territoires"

APCVEB: Groupe "Territoires"

Article | 13 mars 2017, par Pascal PREL

Le « Balma Info » de janvier 2016 titrait : « Urbanisme-PLU : avis favorable à la dédensification à Balma ». Et de mentionner plus loin comme premier objectif de la 6ème modification du PLU : « Malgré la
suppression du COS, conserver une gradation des densités depuis le centre-ville jusqu’aux limites avec la commune de Pin-Balma pour conserver un caractère aéré, marqueur d’une forte identité de notre ville, dans un secteur où la desserte en transport en commun et en équipement est faible
 ». N’est-ce pas justement là où le bât blesse ?

Une trop faible densité urbaine locale, faute de suffisamment d’usagers, empêche l’établissement de services communs : pas de commerces, pas d’équipements, pas de transports en commun, tous impossibles à rentabiliser. Et donc l’obligation d’utiliser systématiquement les voitures individuelles qui engorgent alors les
voies de circulation. Continuer à urbaniser ainsi, héritage du tout automobile des années 70, c’est ignorer les enjeux du 21ème siècle : arrêter le grignotage des espaces naturels et terres agricoles induit par l’étalement des zones constructibles, améliorer l’efficacité énergétique par des transports en commun plus nombreux et fréquents...

Oui donc à une nécessaire densité locale, mais en alternance avec des zones de nature ou agricoles préservées. Arrêtons de consommer nos terres agricoles et espaces naturels si précieux, qui sont le vrai patrimoine de Balma que chacun apprécie. S’il faut construire pour accompagner le développement de Toulouse Métropole, alors reconstruisons la ville sur elle-même. Identifions les centralités (Centre-Ville, Cyprié, Vidhailhan, Lasbordes... ?) autour desquelles un accroissement de la population rendrait possible le développement des services dans ces quartiers. Et stoppons l’urbanisation des terrains agro-naturels.

Une telle approche ne pourra pas être l’œuvre de quelques-uns, mais nécessitera une démarche de co-construction avec tous les habitants, commerçants et entreprises des quartiers concernés, ainsi que les professionnels et les élus. C’est cet espoir que nous affichons et continuerons de défendre, notamment au travers de la rédaction actuellement en cours du futur PLUiH.

Sujets associés

Urbanisme